Rechercher
  • Team Desjoyaux Crolles

Piscines Desjoyaux: une valeur de croissance

QUI A RÉUSSI SA MONTÉE EN GAMME


En Bourse, le leader français des piscines enterrées profite des résultats record récemment dévoilés. Ses derniers investissements ont payé, et ce n’est sans doute pas terminé.

Pour le groupe Piscines Desjoyaux, dont la famille éponyme contrôle environ 70% du capital, l’année 2021 aura été celle de bien des records, notamment en Bourse. Introduite en 1992 sur ce qui s’appelait alors le Second marché, l’action a atteint, le 3 août dernier, un sommet historique à 31,90€, niveau autour duquel elle gravite toujours aujourd’hui.





Des résultats annuels record


Publiés le 17 décembre, les comptes de l’exercice 2020/2021, qui se termine avec le mois d’août, en sont la principale explication. En effet, la hausse des ventes aura été supérieure à 40% pendant pratiquement toute l’année et sur l’ensemble de 2020/2021, les facturations frôlent ainsi 161 millions d’euros (+ 39,8%), du jamais vu.

Sur la période, le groupe a livré 13 121 bassins en «équivalent 8 x 4 mètres», soit 3 733 de plus qu’en 2019/2020, ou une progression de 39,8% également. Si l’activité française a été dynamique en progressant de 33,1% à 94,3 millions d’euros, celle réalisée à l’export l‘a devancée en décollant de 50,3%, à 66,7 millions d’euros.

Cette belle dynamique a fait levier sur le résultat opérationnel, qui s’est envolé de 67,1% à 35,1 millions d’euros et a donc porté la marge correspondante de 18,2 à 21,8 %. Idem pour le bénéfice net, qui a pris 82% à 25,5 millions d’euros (2,84€ par action).


L’optimisme toujours de mise, le dividende doublé


Ces chiffres historiques n’empêchent pas Piscines Desjoyaux d’envisager l’avenir avec optimisme. «Le groupe constate depuis le début de l’exercice une hausse significative de l’activité en France comme à l’International», indique la direction, tendance qu’elle espère voir se poursuivre, tout en comptant aussi «améliorer la rentabilité».

Pour «augmenter la capacité de production et (…) moderniser l’outil et les process industriels», le groupe va lancer un programme d’investissement chiffré à 25 millions d’euros entre 2022 et 2025.

En outre, le rapport financier annuel publié juste avant Noël dévoile le montant du dividende 2020/2021 qui sera proposé aux actionnaires à l’assemblée générale (AG) du 22 février: 1,02€ par action, soit le double du montant versé lors des exercices précédents, mais un taux de distribution toujours raisonnable de l’ordre de 35%. Ce coupon serait ensuite mis en paiement à compter du 1er avril.


Un bilan de plus en plus sain


Élément clé pour toute entreprise, le flux net de trésorerie s’est, en 2020/2021, approché de 31 millions d’euros, contre environ 20 millions lors des deux précédents exercices, et moins de 12 millions en 2017/2018. De ce fait, la position de trésorerie nette de Piscines Desjoyaux (ce qui signifie que le cash détenu par le groupe dépasse d’autant le montant de sa dette brute) a pratiquement doublé, à 36,8 millions d’euros.

Ce qui représente près de 14% de la capitalisation boursière, soit 4,10€ par action, ainsi qu’un gearing (taux d’endettement sur des fonds propres de 97,6 millions d’euros) logiquement de plus en plus négatif (- 37,6%).


Notre conseil sur PISCINES DESJOYAUX : ACHETER

Le marché des piscines connaît une croissance quasi constante : premier débouché en Europe, la France en compte 2,95 millions d’unités , réparties pour moitié entre les modèles hors sol (en forte croissance, mais peu margés) et les piscines enterrées, bien plus rentables et dont Desjoyaux est le numéro un. Le groupe a bien changé : le record de bassins livrés remonte à 2003/2004 (14 918 unités), lorsque son chiffre d’affaires n’était que de 83,5 millions d’euros. En misant sur ses avantages comparatifs (coffrages en polypropylène recyclé permettant de concevoir des bassins de toutes les formes possibles, filtrations sans canalisation) ainsi que sur la modernisation et l’automatisation de son site industriel de La Fouillouse (60 millions d’euros d’investissements et de R&D en six ans), le groupe a réussi sa montée en gamme, un exercice difficile. En outre, si le marché français des piscines pourrait désormais se montrer moins dynamique, le groupe semble parvenir à déployer son modèle dans les pays européens limitrophes, relativement moins équipés. Il a largement les moyens d’accroître ses capacités de production, son bilan étant de plus en plus robuste. Enfin, le PER 2020/2021 du titre est à peine supérieur à 10 fois alors que le rendement tangente 3,5%. On prendra donc position sur ce dossier.



Cours à date du conseil: 29,50€

Objectif de cours: 36€ soit un potentiel de +22%

Profil d’investisseur: amateur de small caps et de valeurs de croissance


Article paru dans Le Figaro.fr bourse

0 vue0 commentaire